Présentation

Je m'intéresse aux phénomènes d'objectivation du corps, aussi bien dans l'histoire de sa représentation depuis la Renaissance que dans les manifestations sociales contemporaines de mise à distance de soi que constitue la mise en scène constante de l'image de leur corps par les individus. Que ce soit dans la conformation à une norme esthétique dominante ou dans l'affirmation d'une identité personnelle et unique, le corps s'objective et devient matière à modeler pour le regard de l'autre autant que pour son regard propre. Comme si le regard, paradoxalement, pouvait se déplacer hors du corps.

 

Mes travaux tournent autour de cette idée qu'il existe une confusion entre le corps propre (le corps perçu du dedans) et le corps objet (le corps d'autrui appréhendé par la vision ou le toucher). Ils abordent les contraintes esthétiques pesant sur les corps (notamment féminins) mais aussi le rapport qu'entretient le corps, en tant qu'élément biologique, à la nature.

C'est aussi la relation de distance corps/environnement qu'il m'intéresse d'explorer. Qu'il n'existe que par son absence ou soit présent à l'image, le corps est tantôt intrus, décalé, tantôt fondu, confondu à ce qui l'entoure. A travers le prisme de l'intervalle ou de la distance, c'est toujours la notion de porosité qui est en jeu.

 

Emilie-Barbier_Presentation_Montage#2

barbier.emil@gmail.com

  

74 avenue de la République

44600 Saint-Nazaire

   

06 99 61 76 91

BIOGRAPHIE

J'ai d'abord suivi des études d'Histoire de l'Art à l'université de Besançon où j'ai obtenu un Master en 2005. Je me suis ensuite dirigée vers la scénographie et j'ai rejoins le DPEA scénographe de l'École Nationale Supérieure d'Architecture de Nantes, d'où je suis sortie diplômée en 2010.

Après avoir travaillé en scénographie, principalement dans le domaine de l'audiovisuel, mais aussi en exposition, événementiel et théâtre, j'ai co-fondé en 2017 le collectif

La 540. Composé de cinq professionnels d'horizons divers (architecture, scénographie, construction), ce dernier expérimente une approche collective et pluri-disciplinaire des différentes phases de la réalisation d'un projet.

En parallèle de ces réflexions sur l'espace, je développe une approche plus subjective autour de l'image, utilisant la photographie et le montage vidéo. Une pratique personnelle de l'écriture sous-tend l'ensemble de ces activités et les mots apparaissent parfois au détour des images.

DÉMARCHE

Mon travail sur l’image interroge le corps à la fois dans ses représentations et dans les rapports qu'il entretient à son environnement.